Le mémorial 14/18 des victimes civiles de l'Oise

Civils de l'Oise © Jean-Yves Bonnard

Distance Ligne Rouge 7 km

 

« Le tombeau des héros

 est le cœur des vivants »

André Malraux

Les civils de l’Oise ont trop souvent été les oubliés des commémorations du premier conflit mondial. Ce mémorial leur rend hommage.

Certains ont été passés par les armes ou tués dans les bombardements, d’autres sont morts en déportation, de privation ou de maladie… Qu’ils aient subis la guerre en zone occupée ou en zone des armées, les civils de l’Oise ont trop souvent été les oubliés des commémorations du premier conflit mondial. Ils sont plusieurs centaines, hommes, femmes, enfants de l’Oise à avoir été les victimes directes de la guerre à Senlis, Noyon, Compiègne, Lagny, Guiscard, Beauvais, Creil, Crépy-en-Valois....

Situé rue du Point du Jour, à Chiry-Ourscamp, cet espace mémoriel départemental a pour vocation  à  rendre hommage à toutes les victimes civiles de l’Oise mortes durant la Grande Guerre. Ce lieu de mémoire, aménagé dans une commune emblématique du front, est accompagné d’une interprétation en ligne sur le site du musée territoire 14-18.

Renseignements
pratiques

Situer

Le mémorial 14/18 des victimes civiles de l'Oise 49.5459845 2.9621719
Agrandir la carte
Le mémorial 14/18 des victimes civiles de l'Oise 49.5459845 2.9621719
X

A lire également

Les victimes civiles tuées par balles

Evoquer les victimes civiles tuées par balles implique une classification des  décès selon qu’il s’agisse de tirs accidentels, de tirs réflexes, d’exécutions sommaires, de massacres ou d’exécutions après jugement. Faute de...

Les victimes de la déportation

Employé depuis le 19e siècle pour définir une condamnation à l’exil ou l’internement à l’étranger (bagne), le terme déportation fut utilisé durant la Grande Guerre pour tout déplacement forcé de civils, que ce soit dans une commune voisine ou dans un camp de prisonnier en Allemagne. Lorsque ce déplacement concerne un...

Les victimes bombardées

Durant les premiers mois de guerre, que ce soit pendant la guerre de mouvement ou la guerre de position, les tirs d’artillerie ont pu tuer des civils sans intention réelle de les tuer. Avec la fixation du front, les belligérants des deux camps...

  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.