En souvenir du lieutenant de Gironde et ses hommes...

© OT Retz-en-Valois

En pleine bataille de la Marne, dans la nuit du 9 au 10 septembre 1914, l'escadron du 16ème Dragons de la 5e Division de Cavalerie, avec à sa tête, le lieutenant Gaston de Gironde, sorti de la forêt, lança une charge héroïque, à la lance et au sabre, contre une petite escadrille d'aéroplanes allemande. Le lieutenant de Gironde et plusieurs de ses hommes sont mortellement blessés.
De cette dernière épopée de la cavalerie française, on trouve aujourd'hui encore trace.

Le long de la D81 tout d'abord, après la ferme de l’Épine, un momument a été érigé "À la mémoire des officiers et cavaliers de l’escadron de Gironde".
Simple pyramide surmontée d’une croix, sur la face côté route on lit :
"A la mémoire de Gaston de Gironde, lieutenant au 16ème Régiment de Dragons, tombé ici en preux, comme il le méritait. Commandant un escadron envoyé en reconnaissance au milieu des lignes allemandes, fit dans la nuit du 10 septembre 1914 une attaque héroïque contre un convoi d’aéroplanes allemands qu’il détruisit".
Au dos figure un paragraphe de la Chanson de Roland et sur le côté les 13 noms de ceux qui furent tués dans ce combat.

 

La tombe du lieutenant Gaston de Gironde et celles de deux cavaliers du 16ème Dragons ayant combattu sous ses ordres se trouvent dans le cimetière civil de Vivières. Y reposent, en plus du lieutenant, Marcel Neveux et Jean Chiffoleau.  Le 22 Février 1921 une dalle recouvrit la tombe du lieutenant De Gironde. Elle porte l’inscription suivante : "De Gironde Gaston-Eugène-Marie, Lieutenant du 16ème Dragons, tombé au champs d’honneur, le 10 septembre 1914 à Vivières (Aisne)".
Il y a également 17 tombes de militaires français morts de 1915 à 1918 à l’hôpital complémentaire du château de Vivières.

© OT Retz-en-Valois

  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Google+.